Le recueil de mémoire

Le recueil de mémoire : Se dire, se raconter, laisser une trace… Partir explorer sa mémoire, repasser le fil de son chemin de vie, que ce soit en retrouvant des souvenirs d’enfance, en évoquant des récits de voyage, de vacances, en se remémorant des épisodes de vie…

« Ce sont des tranches de vie qui s’échangent entre convives et collègues, se croisent selon des styles de langue et des rituels de paroles dans lesquels se jouent et se construisent ce que le philosophe Paul Ricoeur appelle des  ‘identités narratives’, identités personnelles mais aussi identités familiales, associatives, professionnelles, religieuses, nationales, etc. Sur le plan personnel : ‘je me raconte, donc j’existe et j’atteste de mon existence aux yeux des autres dans les récits de ma vie’ »1.

Qu’elles soient expression de soi, de celui ou celle que l’on est, de ses représentations de la réalité, qu’elles soient témoignages d’une époque, d’une identité régionale, d’un savoir-faire, les histoires de vie inscrivent leur porteur dans une histoire plus large. Il peut y être question de pérennité, de transmission intergénérationnelle ou familiale, mais aussi de pouvoir effectuer un bilan sur sa vie, non pas pour se complaire dans le passé, quel qu’il soit, mais surtout pour y installer le terreau de son histoire présente et à venir, peut-être y donner du sens, et ce à tout âge.

L’histoire de vie, surgie de la mémoire, comme un lien entre soi et l’autre, « la vérité d’un sujet à un moment donné, dans un contexte donné. Un point de vue sur le réel qui renvoie à une expérience singulière dans un contexte historico-social-politique et culturel »2.

Le recueil de mémoire vient s’inscrire dans un objectif de préservation de la mémoire, et de maintien des facultés psychiques et cognitives. Il peut également, via le travail d’échange et de transmission, s’inscrire dans une prévention de l’isolement de la personne, de repérage des fragilités et de développement du lien social.

1Patrick Brun. « Le récit de vie dans les sciences sociales ». Revue Quart Monde, N°188 – 2003
2Danièle Téphany. « Notes sur la sociologie clinique et les histoires de vie », extrait de « Ecritures et dossier VAE. Entre écriture de soi et écriture de l’expérience », juin 2013. 33p.

Share Button

Laisser un commentaire